<script type="text/javascript">


  var _gaq = _gaq || [];

  _gaq.push(['_setAccount', 'UA-20421589-1']);

  _gaq.push(['_trackPageview']);


  (function() {

    var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true;

    ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';

    var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);

  })();


</script>

 

A l'orée de l'adolescence, les deux héros, Gerda et Kay, sont séparés par l'enlèvement du petit garçon, emmené par la Reine des  neiges. Alors que les gens du village finissent par accepter sa mort, Gerda prend ses petits souliers neufs, embrasse sa grand-mère qui dort encore et s'élance hors de chez elle pour le retrouver. Au cours de sa quête elle rencontre des personnages  hauts en couleurs qui lui indiquent le chemin ou la déroute. Elle apprend notamment que l'apparence est parfois trompeuse... Son envie de retrouver Kay rythme sa course qui la guide vers son ami… et vers l'âge adulte…

  1. nouvelle version !

conte musical pour voix et piano à pédales électroniques

avec

Alice Perret et Aurore Stanek

mise en scène

Apolline Roy



Tout public à partir de 8 ans

Durée : 45 minutes environ





Extrait sonore

La Reine des Neiges

d’après H.C Andersen

«Pas facile de grandir, n'est ce pas ?… de rentrer dans le monde des adultes. Nous avons choisis de raconter La Reine des neiges parce que cette histoire invite, grâce à ses métaphores, à oser prendre la route, à affronter nos peurs et à préférer le mouvement à l'immobilisme.


La forme du conte offre une grande liberté. La première est celle de raconter l'histoire à notre manière, avec des outils qui font sens pour nous, aujourd'hui. Andersen n'édulcore pas le monde et Gerda doit faire face à des embuches déroutantes. S'il fait chanter des psaumes à la petite fille pour affronter ses doutes, le spectacle que nous proposons évoque l'errance et la force à travers des musiques jouées au piano électronique. Les aléas de la route font appel à des palettes de sons qui passent de l'harmonie à la dissonance. La musique électronique est au cœur de ce jeu, les sonorités du spectacle parlent d'irréalité et troublent les frontières entre bruit et son, musique et mélodies... Chercher son chemin aujourd'hui nous évoque tout autant des dents qui grincent, des sonorités métalliques et mal assurées que celles du vent, de la nature et de l'amitié qui nous apaisent. Le déséquilibre est à la base du mouvement. Et le mouvement nous fait entrer dans la vie.»                    Apolline Roy, metteur en scène

  1. Un spectacle à l'histoire voyageuse

  La Reine des Neiges de la Cie du Balcon connaît un beau voyage. Seconde création de la compagnie, elle fut d'abord conçue avec des sons de flûte et de bols tibétains. En juin 2011, elle s’est transporté dans un monde plus contemporain avec un clavier et des pédales électroniques. L'aventure de Kay et Gerda n'en est que plus actuelle.

Des mots de spectateurs
« Je connaissais l'histoire et j'étais contente d'entendre certains passage seulement en musique, quand Gerda court ou qu'elle découvre le château de la princesse »    Marie

« J'ai eu peur du diable au début. Et des brigands aussi »    Jonathan

« Nous avons passé une très belle après midi ou le temps était comme suspendu, avec des histoires une comédienne et un musicien profondément sympathiques »    L.V

« Il y avait des silences très riches qui m'ont beaucoup touchés. Comme si  les notes et l'histoire se prolongeaient. Merci pour la jeunesse aussi »    Rodolphe.F

« ça fait bouillir l'imagination »    Rébecca Fabriot
Les spectaclesLes_spectacles.html
PressePresse_TV.html