Lettre de Perrine Pinot, professeur de Français au collège de Cluses